Rachel Kolly d'Alba

&

PORTRAIT


Janvier 2018 - ne pas utiliser de versions anciennes
Une version plus courte à imprimer se trouve ici/

"Son intensité volcanique et l'implication profonde qu'elle a dans le récit émotionnel de chaque pièce provoquent un impact indélébile; on dirait que nous sommes projetés en arrière, dans un âge d'or où la musique était une véritable célébration. Le jeu hypnotique de Kolly d'Alba est un triomphe incandescent d'imagination, de sensibilité, qu'elle tisse comme une flamme dans la structure même de la musique." The Strad Magazine / Julian Haylock, novembre 2011.

« Prix culturel Musique 2017 » du canton de Vaud en reconnaissance de sa carrière et de son rayonnement hors des frontières de son pays natal, la Suisse, la soliste Rachel Kolly d'Alba a commencé à jouer du violon à l'âge de cinq ans. 
La meilleure soliste Suisse en un siècle.
K. Luhers-Kaiser - Sonntagzeitung 2011
Elle est considérée comme l'une des musiciennes suisses les plus talentueuses de sa génération, remarquée notamment pour l'extrême qualité de son vibrato que l'on n'hésite pas à comparer à celui des grands violonistes du passé ; son tempérament généreux, son jeu flamboyant et merveilleusement coloré sont reconnus dans et hors de l'Europe régulièrement par la presse mais aussi par le fait que son premier enregistrement en soliste French Impressions reçut le prix ICMA 2012 du meilleur enregistrement de l'année dans la catégorie soliste, et que son second enregistrement en soliste American Serenade fut nominé pour le même prix immédiatement après.

Choix de l’artiste qui adore les studios d’enregistrement, sa carrière se développe autour de sa discographie qui traduit ses passions et les répertoires qu’elle aime défendre. Elle signe en 2009 avec une des plus importantes maisons de disque de l’époque, Warner Classics, et devient ainsi la première Suissesse à signer avec Warner Music Group. Son premier album distribué mondialement est consacré à son compositeur fétiche,
Eugène Ysaÿe, et ce CD la propulse sur le devant de la scène internationale. Après les deux CD en soliste avec Orchestre qui la confirment comme artiste de premier plan (French Impressions et American Serenade), elle complète son profil en enregistrant son premier CD de musique de chambre en 2015. Son Album Fin de siècle présente des oeuvres sublimes de Franck et Chausson, entre extases et agonies. A ses côtés, le pianiste suisse Christian Chamorel et le Quatuor Spektral de Chicago. Ce disque est présenté en première mondiale au Wigmore Hall de Londres, puis dans une tournée Irlandaise, avant d’être donné en Europe et en Amérique (USA, Guatemala, Mexique, Colombie, Panama et les Iles Cayman).

En 2017, Rachel sort son récent opus
Lyrical Journey qui présente les chefs-d’oeuvres rares de Richard Strauss et Guillaume Lekeu, composés à la même époque. Ce disque reçoit les louanges de la presse internationale et est à nouveau nominé pour un ICMA Award 2018 comme meilleur CD de l’année et reçoit en outre un Supersonic Award, ainsi que la meilleure note de la revue Diapason. Le Musicologue de Diapason, M. Molkhou écrit que cette version de la Sonate de Lekeu est une des "plus captivantes qu’il ait entendu depuis la légendaire version de Ferras. Ecoutez ce raffinement dès les premières mesures, ces portamentos jamais trop insistants, cette sensualité des timbres du Stradivarius qu’elle a entre les mains… »

Rachel Kolly d'Alba fait ses débuts en tant que soliste à 12 ans. Elle joue avec des orchestres prestigieux et devient rapidement l’une des solistes suisses les plus expérimentées à la faveur de ses engagements avec des phalanges de premier plan: invitée par l'Orchestre Philharmonique de Rotterdam, l'Orchestre de la Radio de Frankfurt, le BBC Philharmonic Orchestra, le WDR de Cologne, l'Orchestre Royal de Séville, l'Orchestre National de la RAI de Turin, ou l’Orchestre de la NHK de Tokyo pour une tournée à travers le Japon, ainsi que d'autres, ainsi que d'autres, comme l'
Orchestre National des Pays de la Loire, l'Orchestra di Toscana ("Dans la Serenade de Bernstein, la jeune violoniste extrait toutes les possibilités lyriques d'une partition complexe et parfois cérébrale, avec un son infiniment riche de couleurs différentes et avec une intensité expressive de tous les instants. Une performance magnifique et un immense succès." Giuseppe Rossi – Quotidiano Nazionale, Novembre 2012), l'Orchestre de chambre de Toulouse, l'Orchestre Symphonique de Milan, le Berner Symphonieorchester, l'Orchestre National de Lituanie, l'Orchestra della Svizzera Italiana, et l'Orchestre Symphonique de Bournemouth, celui de Malaga, l'Orchestre des arènes de Vérone, ou l'Orchestre de chambre Haydn. Elle joue également le concerto de Bruch au Festival "le violon sur le sable" devant 50'000 personnes ou encore avec des orchestres de jeunes en Amérique du Sud dans divers programmes d'aides aux enfants défavorisés: enfants malades, enfants des rues, enfants atteints du Sida, ou jouant avec des instruments recyclés.

En récital, elle joue en duo avec le pianiste Christian Chamorel, partenaire privilégié depuis qu'elle a 12 ans. Elle participe à de nombreux festivals prestigieux tels le
Festival Menuhin à Gstaad, le Festival Schleswig Holstein, le Festival de Menton, le Festival Encuentros et Mozarteum au Teatro Colon de Buenos Aires, le Sigall au Chili, le Festival International de Flandre et les Murten Classics. Elle est invitée dans la plupart des pays d'Europe ou en Asie, et a parcouru avec son violon l’Amérique du Sud et du Nord Ses débuts américains au Festival International Beethoven de Chicago en septembre 2012 ont suscités cette critique passionnée de Alan G. Artner dans le Chicago Tribune: "Violoniste suisse, Rachel Kolly d'Alba a fait des débuts tonitruants à Chicago... Kolly d'Alba a donné une lecture passionnée des oeuvres, avec une sonorité qui nous a subjugué, et dans un esprit visionnaire. Par l'architecture qu'elle façonne, elle crée de l'Art Nouveau pour nos oreilles: une réalisation passionnante ! "
Stacks Image 331
Des débuts tonitruants à Chicago! Kolly d'Alba a donné une lecture passionnée des oeuvres, avec une sonorité qui nous a subjugué, dans un esprit visionnaire. Par l'architecture qu'elle façonne, elle crée de l'Art Nouveau pour nos oreilles: une réalisation passionnante!
J. Artner - Chicago Tribune - sept. 2012

Son diplôme d'enseignement du violon obtenu à 15 ans au Conservatoire de Lausanne, Rachel poursuit ses études dans la classe du Maître Igor Ozim à la
Haute école de musique et théâtre de Berne et y obtient le diplôme de soliste. Elle bénéficie également des conseils de grands maîtres tels Franco Gulli, Ivry Gitlis, Boris Kushnir, Hansheinz Schneeberger et Thomas Kakuska (Alban Berg Quartett). Son intérêt pour le monde de la création contemporaine, de l'analyse et de la composition l'amène également à poursuivre des études dans ces domaines et, en outre, à créer de nombreuses oeuvres et à collaborer avec des compositeurs tels Tristan Murail, Eric Gaudibert, Jürg Wyttenbach, Valentin Villard.

Le palmarès de Rachel Kolly d'Alba comprend tous les prix principaux de son pays natal: Jeunesses musicales suisses, Prix Paderewski en 1997, 1ers Prix du concours d'Exécution Musicale "Jeunes Talents" en 1998 et de la fondation Kiefer Hablitzel en 2000, prix de la Fondation Fridl-Wald en 2002 et de la Fondation Leenards en 2004. Elle remporte en 2005 le Vème concours international "Julio Cardona" et y reçoit également le prix de la meilleure interprétation de l'oeuvre contemporaine. Dès 2010, ce sont les prix du disque qui accompagnent sa carrière: Supersonic Award à plusieurs reprises, ICMA Award 2012 du meilleur CD de l’année. Depuis, ses 4 derniers albums ont été nominés à chaque reprise comme meilleure réalisation discographique de l’année aux ICMA.

Rachel Kolly d'Alba est ambassadrice pour Handicap International et se rend pour sa première mission humanitaire au Cambodge en 2013. Elle est également une maman dévouée à sa fille de 11 ans. D'autre part, elle se passionne pour l'écriture, au travers de nouvelles et de romans et travaille sur un ouvrage sur le compositeur et violoniste Eugène Ysaÿe. Elle est mariée à un Australien qui travaille dans l’industrie pharmaceutique.

Rachel a le privilège de jouer un magnifique violon de Stradivarius de 1732 depuis avril 2011.


Informations complémentaires sur le site www.racheldalba.com