Rachel Kolly d'Alba

© August 2017 RKd'A Contact
<-- Back

- 01. SEP 2010, published in « Revue Musicale Suisse » Text: J. Viret

"RACHEL KOLLY D’ALBA INTERPRETE YSAŸE"

« Elle a tant de choses à dire! »

En 1922, le sexagénaire Eugène Ysaÿe (1858-1931), prestigieux représentant de l’école violonisitique belge, composait six sonates pour violon seul, en un ou plusieurs mouvements, qu’il dédiait à ses plus éminents confrères. Il enrichissait ainsi la littérature dédiée à son instrument d’un monument à placer à coté des sonates et partitas de Bach et des Caprices de Paganini. Rachel Kolly d’Alba, jeune et brillante virtuose romande, a réuni l’entier du cycle sur un compact, occasion de le faire connaître et d’y déployer l’étendue de ses dons. Qu’on ne s’attende pas à trouver ici quelque agréable musique de viruoses, tziganeries, viennoiseries ou espagnolades façon Kreisler ou Sarasate. Point de « sanglots longs » ni d’aguicheuses cantilènes! Comme chez Paganini, l’absence d’accompagnement coupe court à toute mondanité.
Ce sont de denses soliloques constamment hérissés de doubles, triples, quadruples cordes, et gonflés d’une substance forte, tendue, abrupte. L’interprète empoigne à bras le corps ces acrobatiques morceaux de bravoure, avec une maestria époustouflante! Qu’ils lui parlent, on s’en aperçoit au vu du texte de la notice qu’elle a elle même rédigée: elle a tant de choses à dire, et intelligentes et bien dites, qu’il ne reste plus de place pour sa propre biographie. Heureusement il y a Internet... (J. Viret)

02.02.2011 19;00;14



<-- Back